12 mécanismes de défense que vous devez absolument connaitre

Résultat de recherche d'images pour

Un mécanisme de défense est un processus de défense élaboré par le Moi sous la pression du Surmoi et de la réalité extérieure, et permettant de lutter contre l’angoisseCes mécanismes psychiques préservent le Moi et le protègent aussi des exigences pulsionnelles du ça. Mais ce dont le Moi se protège en priorité, c’est de l’angoisse. Par exemple, une représentation inconsciente va être incompatible avec les exigences du Surmoi. Cette représentation inconsciente du ça apporte du plaisir mais provoque aussi du déplaisir. Le Moi, pour se défendre contre cette représentation, va utiliser divers procédés que l’on réunit sous le terme de « mécanismes de défense du Moi« .Ca, Moi et Surmoi sont des instances psychiques. Il en existe plusieurs.

Voici quelques courtes descriptions de certains des mécanismes de défense les plus
courants :

 1- La projection
En utilisant la projection, une personne projette ses sentiments d’anxiété sur quelqu’un ou quelque chose d’autre. Par exemple, Mudiwa se méfie de tous ses superviseurs, croyant qu’ils ne sont là que pour lui faire des reproches. La dernière fois, lorsqu’un superviseur l’a félicitée, elle n’a entendu que les petites recommandations qu’il a faites pour qu’elle s’améliore.

 2-L’agression passive
L’agression passive peut être un moyen d’articuler nos pensées et sentiments sans les
exprimer ouvertement. Ernesto était toujours en retard aux réunions de coordination
bien qu’il « ait tout essayé » pour y arriver. Ernesto croit honnêtement que ses retards chroniques sont justifiés par des crises qu’il ne peut pas contrôler. Il serait surpris de savoir qu’il organise inconsciemment son incapacité à arriver à l’heure à ces réunions à cause de ses sentiments ambigus à l’égard de la présidence de coordination.

3- L’hypocondrie
John vit dans la crainte de mourir d’une maladie liée au SIDA même s’il a été testé
séronégatif. Depuis le décès de son frère à la suite d’une maladie liée au SIDA, John a
commencé à se plaindre de plusieurs symptômes. Il se plaint très souvent de maux de
tête, de douleurs à l’estomac et au foie. Dans ces moments, John est convaincu qu’il doit être gravement malade et il craint de mourir très rapidement.

4- Le fantasme
Fred fantasme de devenir quelqu’un d’important au sein de sa communauté. Il
nie son ambition mais son bureau est rempli de brochures sur des établissements
d’enseignement. Il utilise le fantasme pour se sentir plus confiant quant à son avenir.
Si son fantasme le conduit à visiter un campus universitaire et à s’inscrire à un cours,
alors il l’utilise à bon escient. S’il se contente de rêvasser sur sa réussite, le fantasme est susceptible de limiter ses options.

5- L’extériorisation
Lorsque nous avons abordé les obstacles à la créativité dans la deuxième conversation,
nous décrivions réellement une des façons les plus négatives d’extérioriser
notre souffrance ou notre malaise psychologiques. Extérioriser peut aider à court
terme mais des formes plus graves d’extériorisation peuvent nous exposer à un risque
d’accoutumance ou à des comportements destructeurs. Incapable de rester à la maison la nuit parce qu’elle était trop angoissée par sa situation financière et avait besoin d’argent pour les médicaments de sa soeur, Chiuka a extériorisé sa peine par le jeu, espérant gagner assez d’argent pour régler ses problèmes.

6- Le déni
A un moment donné, nous passons tous par le déni. Bien qu’il puisse être une stratégie d’adaptation à court terme, il peut aussi nous empêcher de voir la réalité en face. Sarah, 21 ans, cousine de Joan, est décédée à la suite d’une tuberculose liée au SIDA. Joan avait essayé de convaincre la famille de Sarah d’accepter le fait qu’elle avait le SIDA et qu’elle devait prendre les médicaments rétroviraux, mais ni Sarah ni sa mère, ne voulaient admettre qu’elle avait le SIDA. Le déni a empêché Sarah de demander de l’aide jusqu’à ce qu’elle soit trop malade pour guérir, même si les médicaments lui étaient accessibles.

7- La substitution
Nous pratiquons la substitution lorsque nous sommes en colère contre une personne
mais que nous nous en prenons à une autre. Une critique négative au travail et voilà que nous attaquons verbalement notre famille à la maison, en évacuant notre frustration sur un innocent. C’est ce que certains appellent : « donner des coups au mauvais chien ».

8- L’intellectualisation
Nous cachons nos émotions et déguisons nos sentiments en nous exprimant en des
termes purement intellectuels. Par exemple, Bob craint d’être séropositif, mais au lieu
d’affronter directement sa crainte en se faisant tester et de discuter de ses sentiments, Bob parle constamment de statistiques et de méthodes de traitement. Il connait les taux d’exposition pour chaque tranche d’âge dans sa communauté, mais n’a jamais parlé de sa peur ou sa tristesse.

9- Le refoulement
Sally a été frappée de chagrin par le décès de son frère mais elle était incapable de
pleurer parce qu’elle devait prendre soin des trois enfants de son frère. Sally avait deux emplois et elle est une employée exemplaire mais le stress causé par son chagrin refoulé a entraîné des maux d’estomac et une perte de cheveux. Même si le refoulement peut nous aider à fonctionner, ce n’est pas une des meilleures stratégies pour nous aider à éliminer nos sentiments à long terme.

 10-L’altruisme
L’altruisme, axé sur le service, que prônent tant de groupes de soutien et d’ordres
religieux, est une pratique ancienne et une défense mature apaisante. L’altruisme a de
formidables avantages à la fois pour le servant et pour le servi, avec un inconvénient :
on peut se perdre en aidant les autres.

11- L’anticipation
L’anticipation est une défense qui nous permet d’accéder à des sentiments futurs, tels
que comment nous nous sentirons lorsque nous aurons atteint notre nouveau poids plus sain grâce à notre régime. Etre positif au sujet d’une condition future peut nous motiver à poursuivre notre régime lorsque nos envies menacent de nous faire craquer.

12- L’humour
Lorsque toute réelle émotion est constamment détournée par une plaisanterie,
l’utilisation de l’humour peut être fatigante. Cependant, en général, trouver le comique dans une situation difficile peut être utile et plein d’espoir. L’humour peut nous aider à rire de nos erreurs, éviter de prendre chaque chose trop au sérieux et rester flexible.

Laquelle de ces défenses avez-vous utilisée par le passé ? Essayez de vous rappeler une situation dans laquelle vous avez utilisé un mécanisme de défense spécifique, dans votre enfance, à l’adolescence, il y a dix ans, aujourd’hui.

Ceci étant, j’espère que cet article vous aidera dans l’identification de vos mécanismes de défenses propres à vous et à la façon dont vous réagirez à une situation provocatrice la prochaine fois.

A BIENTÔT!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s