Comment respecter les systèmes de croyances des autres?

Résultat de recherche d'images pour "systèmes de croyances"

 Savez-vous pourquoi le lion, le vautour et l’hyène ne vivent pas ensemble ? Je pari que non.  Si vous voulez avoir de bonnes aptitudes relationnelles, je vous invite à lire cet article et cela vous rapportera surement gros dans vos relations avec les autres. Mais avant de continuer, permettez-moi de commencer cet article par une petite histoire.

Il est dit qu’une fois, pendant un court instant, le Lion, le Vautour et l’Hyène ont partagé une maison. Voici comment ça s’est passé.

Ils se rencontrèrent un jour autour du corps d’une antilope que le Lion avait tuée. La Vautour dit : « Nous avons beaucoup de choses en commun. Nous mangeons le même type de nourriture. Nous devrions être amis. Vivons sous le même toit. » Ils discutèrent la question et décidèrent de vivre ensemble. Ils construisirent leur maison et y entrèrent. La Hyène dit : « C’est bien ce que nous avons fait. Mais jusqu’à présent, nous n’avons pas vécu sous le même toit. Nous devrions nous connaître davantage pour qu’aucun de nous ne blesse l’autre involontairement. Si on sait ce qui peut être blessant pour l’autre, on pourra éviter ce désagrément. »

Le Lion et le Vautour approuvèrent. Comme le Lion était le plus âgé, ils lui demandèrent de parler en premier. « Avant tout, » dit le Lion, « je souhaite être respecté. Lorsqu’une personne est en ma présence, elle ne doit pas me regarder droit dans les yeux. Ce n’est pas convenable. » « Oui, oui, tout à fait, » répondirent le Vautour et l’Hyène. Puis, ce fut au tour de l’Hyène. Elle avait honte parce que ses pattes arrière étaient plus courtes que ses pattes avant et elle n’aimait pas que les autres y fassent allusion. «

En ce qui me concerne, dit l’Hyène, ce que j’apprécie le moins, c’est que les gens parlent de moi derrière mon dos. Je peux tout tolérer mais pas ça. » Le Lion et le Vautour répondirent : « Oui, oui, c’est juste. On ne devrait pas dire du mal de quelqu’un derrière son dos. »

Ce fut au tour du Vautour qui dit : « Je demande qu’on respecte uniquement la crête de plumes sur ma tête. Cela me donne fière allure. Lorsque j’apparais, les gens disent, ‘Regardez, voici le Vautour. Comme il est bien habillé ! Même sa tête est ornée de plumes.’ Donc, respectez les plumes sur ma tête. »

« Oui, oui, » dirent le Lion et l’Hyène. « Ta crête sera respectée. » Ils habitèrent ensemble dans la maison. Ils dormirent. Le matin, l’Hyène se leva et sortit de la maison. Mais elle ne s’éloigna pas et écouta. Lorsqu’il fut seul avec le Vautour, le Lion dit : « Pourquoi la Hyène refuse qu’on parle d’elle ? Peu importe si ses pattes arrière sont courtes, parce que ses pattes avant sont longues. N’aurait-ce pas été pire si toutes ses pattes avaient été courtes ? » L’Hyène entendit. Elle rentra dans la maison en colère. Mais elle eut peur du Lion, alors elle ne dit rien. Elle regarda simplement le Lion dans les yeux comme pour dire  « J’ai tout entendu. » Ce fut au tour du Lion de se mettre en colère. Il dit : « Toi, là-bas, n’en avons-nous pas discuté hier soir ? Est-ce qu’il n’a pas été dit que tu ne devais pas me regarder dans les yeux ? Nous étions d’accord. Et maintenant, tu me fixes, comme si nous n’avions parlé de rien. Ce n’est pas respectueux. »

L’Hyène dit, « Et n’était-il pas convenu que vous ne deviez pas parler de moi derrière mon dos ? Je ne me suis absentée qu’un instant, et vous avez commencé à parler de mes pattes. » Ils discutèrent. Ils commencèrent à se battre. Tout en continuant à se battre, ils firent voler des charbons ardents du feu au-dessus duquel le Vautour était en train de cuisiner. Un peu de feu tomba sur la tête du Vautour et lui brûla ses plumes. Il se mit en colère et commença lui aussi à se battre. Finalement, ils cessèrent. Le Lion dit : « Les différentes créatures de la brousse ne peuvent pas cohabiter. C’est contre leur nature. C’est pourquoi, nous devons vivre séparément. Nous ne pouvons pas manger tous en même temps. Dorénavant, chacun attendra son tour pour manger. » Ils se séparèrent, chacun de son côté. Ils restèrent séparés. Et maintenant, lorsque le Lion tue un animal, il le mange seul. Ce n’est que lorsqu’il a fini et s’éloigne que la Hyène vient manger. Lorsque l’Hyène s’éloigne, c’est au tour du Vautour de venir. Bien que tous trois se soient mis en colère, c’est le Vautour qui a été le plus attristé. Le feu a brûlé les plumes de sa tête et, depuis, il est chauve.

En développant les aptitudes relationnelles, il faut garder à l’esprit que les systèmes de croyances des autres peuvent ne pas être compatibles avec le nôtre. Nous apprenons à respecter nos différences et réalisons que parfois nous ne savons pas comment une autre personne souhaite être traitée. Par exemple :

  •  Le fait de regarder droit dans les yeux est considéré comme une insulte ou un défi dans certaines cultures ; dans d’autres, c’est un signe d’honnêteté et de confiance.
  • Être direct peut être précieux dans une culture et considéré comme grossier dans une autre.
  •  La hiérarchie est jugée importante dans certains endroits et moins dans d’autres.

La liste est longue. L’essentiel est que nous ne pouvons pas toujours juger comment nous allons mieux communiquer en fonction de nos propres standards de ce que nous aimons ou détestons. Nous avons chacun un ensemble distinct de croyances clés dans une pluralité de domaines. Les modes d’emploi se sont développés à partir des croyances qui sont aussi individuelles que des empreintes digitales. Voici certaines bases de ces modes :

  • La culture
  • L’appartenance ethnique
  • La politique
  • Les rôles sexuels
  • L’éducation
  • Le statut économique
  • La religion
  • L’âge

 Plusieurs fois, la personne avec laquelle nous communiquons pense et fonctionne assez différemment de nous. À la seconde où nous violons une croyance à laquelle croit fermement une personne, nous avons engagé une communication négative. Accumulez ce type de communications et vous perdrez la confiance de l’autre.

Plus nous connaissons les systèmes ou « les modes d’emploi » des personnes à qui nous avons affaire, plus nous sommes aptes à nous identifier à elles de façons qu’elles considéreront comme positives. Cela ne fait aucune différence si nous fonctionnons de la même manière ou si nous pensons que leur façon de fonctionner est celle dont l’être humain devrait fonctionner. Pour réussir l’interaction avec une autre personne, il nous faut respecter ses croyances et son mode d’emploi. Si nous ne les connaissons pas, nos relations sont vouées à l’échec.

Une grande part de la communication efficace et des aptitudes relationnelles est un travail de recherche. Les bons communicateurs avec d’excellentes aptitudes relationnelles ne traitent pas tout le monde de la même façon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s